Tous les 3 mois, la Banque de France définit des taux d’intérêt maximaux pour les prêts. Les seuils d’usure pour le second trimestre 2019 ont récemment été publiés et, comme c’est le cas depuis plusieurs années, ils sont en baisse notable. S’il s’agit d’une excellente nouvelle pour les jeunes profils, ce n’est pas tout à fait le cas pour les profils retraités.

 

Les seuils d’usure, une limite conçue pour protéger les emprunteurs

Fixé chaque trimestre par la Banque de France, le taux de l’usure est un seuil que le taux d’intérêt d’un crédit ne peut dépasser. Cette règle a bien sûr pour but de protéger le consommateur.

L’objectif premier du seuil d’usure est d’éviter que les profils médiocres soient victimes de « chantage » et se voient contraints d’accepter des taux faramineux, faute de mieux.

Malheureusement, cette règle est aussi à double tranchant : en interdisant aux banques de proposer des taux trop désavantageux aux dossiers les plus fragiles, ces derniers essuient davantage de refus catégoriques.

 

Les taux d’usure sont toujours en chute pour le second trimestre de l’année 2019

Évolution des seuils d’usure immobiliers entre l’année 2018 et l’année 2019

Source : Banque de France

Comme l’indiquent clairement les statistiques, les taux de l’usure des prêts à taux fixe connaissent une baisse continue depuis l’année dernière, ce qui traduit bien l’état actuel du marché immobilier.

Aujourd’hui, les seuils d’usure sont particulièrement avantageux. Cela peut être intéressant si l’on souhaite obtenir un nouveau prêt immobilier ou renégocier un ancien prêt.

Les jeunes ménages sont les plus favorisés par la baisse des taux de l’usure

La baisse des seuils d’usure profite avant tout aux primo-accédants, en particulier quand il s’agit de jeunes ménages aux revenus modérés. En effet, bien que les jeunes profils soient très recherchés par les banques, celles-ci ont tendance à proposer des taux plus élevés lorsque les rentrées d’argent sont en dessous de la moyenne.

Puisque les banques voient en la jeunesse un gage de sécurité, elles ne refuseront que rarement les profils stables et s’adapteront donc à la baisse des taux de l’usure.

 

À l’inverse, les profils retraités subissent l’effet pervers de la baisse des seuils

Mais tous les consommateurs ne sont pas gagnants dans la baisse des taux de l’usure. Les retraités et, dans une moindre mesure, les « travailleurs à risques » ont le même problème : leurs taux d’assurance sont particulièrement élevés.

Par conséquent, l’estimation effectuée par les banques a tendance à donner un chiffre supérieur au taux d’usure, ce qui les contraint à rejeter le dossier. Malheureusement, il est très difficile d’obtenir un rabais du taux d’assurance quand on négocie seul.

 

Un courtier immobilier, en revanche, est en mesure de négocier le taux d’assurance

Grâce à leur vaste réseau de partenaires au sein des établissements bancaires et des assureurs, les courtiers Prelys auront la possibilité de négocier vos taux d’assurance.

Situés par exemple à Tours, Blois, Orléans, Bourges et Saint-Leu à la Réunion, les experts courtiers des agences Prelys Courtage vous accompagneront dans votre projet, jusqu’à l’obtention de votre prêt aux meilleurs taux que votre profil permet.

Pour prendre contact dès maintenant avec un conseiller Prelys et obtenir une étude personnalisée, cliquez ici.