Vous travaillez actuellement sous le régime de l’auto-entreprise (ou micro-entreprise) et vous souhaitez demander un crédit immobilier à votre banque. Sachez que contrairement aux idées reçues, il est tout à fait possible d’obtenir un crédit quand on est micro-entrepreneur. Néanmoins, afin de convaincre les conseillers bancaires et d’obtenir une offre intéressante, quelques conditions doivent être respectées.

 

Des revenus suffisants et réguliers constituent le principal critère des banques

Pour obtenir un crédit immobilier quand on est indépendant, la première condition est de générer un chiffre d’affaires stable et suffisamment important. En effet, afin de rassurer le conseiller bancaire, il faut d’abord prouver que vous serez toujours en mesure de payer vos mensualités.

C’est encore plus vrai dans le cas d’un auto-entrepreneur qui, compte tenu de son statut, doit générer davantage de revenus qu’un salarié pour pouvoir vivre de son activité. Afin de vous faire une idée précise de votre budget, vous pouvez utiliser notre calculateur de capacité d’emprunt.

Quand vous demanderez un crédit immobilier à la banque, vous aurez à fournir un dossier de prêt comportant vos deux dernières fiches d’imposition, ainsi que tous les documents pouvant prouver la régularité de vos revenus.

Comme vous vous en doutez, avoir un bilan positif (c’est-à-dire un chiffre d’affaires stable voire en progression) sera un critère fondamental pour décrocher votre crédit si vous êtes micro-entrepreneur.

 

Pour rassurer la banque, l’auto-entrepreneur doit avoir un minimum d’expérience dans son domaine

Afin de mettre votre conseiller bancaire en confiance, il est important de présenter une affaire avec un minimum d’ancienneté. Si vous avez un bilan positif depuis au moins 2 ou 3 ans, les banques seront certainement moins frileuses à l’idée de vous accorder un prêt immobilier.

Le domaine d’activité de l’indépendant joue également un rôle majeur. En effet, certains secteurs sont considérés plus « risqués » que d’autres. C’est notamment le cas du bâtiment, puisque 45 % des professionnels de la construction subissent des retards de paiement voire des impayés.

Les secteurs libéraux, quant à eux, peuvent être plus privilégiés dans la mesure où, contrairement aux artisans et aux commerciaux, ils n’ont pas de frais de matériel. Bien entendu, puisque vous êtes l’expert dans votre domaine, ce sera à vous de convaincre le conseiller de la bonne santé de votre entreprise. Cela nous amène au point suivant.

 

Pour obtenir un prêt en étant auto-entrepreneur, il faut avoir une très bonne gestion financière

C’est bien connu : les banques recherchent avant tout la fiabilité. Elles veulent s’assurer que l’emprunteur sera toujours en mesure de rembourser son prêt, y compris en cas d’imprévu.

Aussi, pour accorder un crédit immobilier à un client, les banques exigent une gestion bancaire saine, consciencieuse et fiable. Les indépendants ne font pas exception à la règle, bien au contraire : les conseillers sont encore plus exigeants dans leur cas, étant donné que leur statut est considéré « instable ».

Quand vous lui demanderez un crédit, la banque sera particulièrement attentive à l’historique de vos finances. Si vous disposez de revenus convenables, mais que vous êtes régulièrement dans le rouge, vous aurez beaucoup de mal à convaincre votre conseiller.

À l’inverse, si vous avez des revenus stables et que vous gérez sagement vos comptes, sans incident bancaire ni découvert, vous pourrez plus facilement obtenir un prêt immobilier.

 

Le saut de charges jouera également un rôle crucial dans la négociation de votre crédit

Même si le montant de vos revenus a son importance dans la négociation, c’est avant tout votre manière de gérer vos comptes qui fera la différence. Par exemple, vous pourriez avoir des revenus modérés, mais réussir à payer vos charges et à épargner. Au contraire, vous pourriez avoir des revenus élevés tout en ayant du mal à boucler les fins de mois.

Par conséquent, afin de déterminer votre capacité à rembourser le prêt, les banques se baseront avant tout sur votre saut de charges, c’est-à-dire la différence entre votre loyer actuel et vos futures mensualités. Dans l’idéal, votre saut de charges devra être nul, voire négatif. De cette manière, vous prouverez à votre banque que vous n’aurez aucune difficulté à payer vos dettes.

Si toutefois vos futures mensualités sont plus chères que votre loyer, il vous reste un point sur lequel compenser. Pour s’assurer que vous avez une gestion financière optimale, les banques s’intéresseront de près à votre épargne. Elles seront donc particulièrement exigeantes sur un point bien précis : l’apport.

 

L’apport est indispensable pour emprunter en étant auto-entrepreneur

Même s’il leur permet de déterminer rapidement votre comportement financier, le saut de charges n’est pas le seul critère sur lequel les banques jugeront votre fiabilité. Si vous gérez bien vos comptes, vous avez certainement été en mesure de vous constituer une petite épargne, ce qui vous permettra de fournir un apport.

Généralement égal à 10 % du montant du crédit immobilier, l’apport sert notamment à payer les coûts supplémentaires de l’achat (frais de dossier, frais de notaire, frais de courtage, etc.). Même s’il n’est pas obligatoire, les banques ont tendance à être très insistantes à ce sujet, et c’est d’autant plus vrai pour un auto-entrepreneur.

 

L’apport immobilier constitue un gage de sécurité pour les banques, qui n’auront pas à prendre tous les risques

Au-delà de son aspect purement pratique, l’apport immobilier représente une véritable garantie pour les banques.

Il faut savoir qu’un prêt immobilier classique ne couvre que 100 % de la valeur du bien que vous souhaitez acheter. Et comme nous l’avons évoqué, l’apport permet de financer tous les frais liés à l’achat. Par conséquent, si vous ne fournissez pas cette d’apport, la banque devra financer ces coûts supplémentaires à votre place.

Seulement voilà : dans le cas où vous n’arriveriez plus à payer vos mensualités, la banque devrait alors revendre votre logement. Mais si la banque avait financé vos frais d’achat, elle ne pourrait pas récupérer la totalité de son investissement. C’est la raison pour laquelle les banques sont peu enclines à accorder des crédits sans apport, en particulier si l’emprunteur n’est pas salarié en CDI.

Dans le cas d’un micro-entrepreneur, fournir un apport est donc un critère incontournable, qu’il convient de prendre très au sérieux.

 

Faire appel à un courtier en prêt immobilier vous aidera à souscrire un crédit en étant auto-entrepreneur

Afin de mettre toutes les chances de votre côté pour décrocher un crédit immobilier, l’idéal reste de faire appel à un professionnel qui vous guidera dans toutes vos démarches. Expert du crédit immobilier, le courtier connait parfaitement le marché du crédit ainsi que la politique des banques.

Ce professionnel pourra vous monter un dossier pertinent, qui saura rassurer les banques quant à la régularité de vos revenus et donc vos capacités de remboursement. De même, il négociera à votre place afin de convaincre les conseillers bancaires et vous obtenir le taux le plus intéressant que votre profil permet.

 

Prelys Courtage saura vous conseiller et vous accompagner dans tout votre projet immobilier

Situés en France métropolitaine (Tours, Blois, Orléans, Bourges, Nantes, Bayonne) et sur l’île de la Réunion (Saint-Paul, Saint-Leu, Saint-Pierre), les courtiers Prelys vous fourniront un accompagnement complet sur toute la durée de vos démarches.

Forts de notre important réseau de partenaires au sein des banques et des assurances, nous serons en mesure de faire passer votre dossier en priorité pour vous décrocher un crédit avec les conditions les plus favorables possible.

En effet, grâce à une étude minutieuse de votre profil, à une comparaison efficace des offres bancaires et à une négociation poussée auprès des banques, les courtiers Prelys pourront vous obtenir un crédit immobilier à des taux satisfaisants même si vous êtes indépendant.

Pour prendre contact avec Prelys Courtage et être accompagné dans votre projet, il vous suffit de remplir le formulaire en cliquant sur ce lien. Un conseiller Prelys vous rappellera dans les plus brefs délais pour une étude complète et gratuite de votre profil.

 

Pour un indépendant, emprunter à deux est bien plus facile qu’emprunter seul

Demander un crédit seul est déjà une démarche relativement difficile quand on est en CDI. Par conséquent, emprunter seul quand on est en CDD ou indépendant relève du parcours du combattant. Vous l’aurez compris : le meilleur moyen d’emprunter quand on est indépendant reste de le faire à deux.

Si votre conjoint occupe actuellement un poste en CDI, vous ne devriez pas avoir de réelles difficultés à obtenir un crédit immobilier. Néanmoins, les revenus de votre auto-entreprise risquent de ne pas être pris en compte dans le calcul de votre capacité d’emprunt, étant donné leur caractère variable.

Par contre, si vous et votre conjoint êtes tous deux indépendants, le problème sera le même que si vous empruntez seul. Mais bien entendu, si vous demandez des mensualités relativement faibles par rapport à vos revenus moyens, les banques seront plus rassurées à l’idée de vous accorder un crédit.